Images

par Antoinette Gomis

Danseuse et chorégraphe charismatique, Antoinette Gomis est une des références de la scène street-dance française. Arrivée à la danse par le locking *, elle impose aujourd’hui son style et inscrit ses partitions bien au-delà des cases et des disciplines. Après une parenthèse pour finir ses études de cinéma, elle relance sa carrière de danseuse en intégrant la troupe de la comédie musicale « Kirikou », sous la direction de Wayne McGregor (2007).

Un nouveau départ la conduit à New York aux côtés de Madonna, en plein lancement de sa nouvelle marque de vêtement « Material Girl ». Antoinette poursuit son chemin en Italie cette fois, contactée directement par le chorégraphe Bill Goodson (Michael Jackson, Paula Abdul…). Elle devient « Santa Cecilia » au Chiambretti Sunday Night et pose ses valises à Milan. Elle se nourrit de toutes les expériences et n’oublie pas de continuer à fouler les parquets des battles européens. Son énergie transpire parfois le lock, parfois la house ou encore le waacking (Funky Stylerz, Soul Session, Nike Bring your Troupe, Juste Debout République Tchèque…) Naturellement, elle conquiert le public et est élue en 2013 par les internautes pour intégrer la team « Puma The Quest » où elle assiste Salah Benlemqawanssa (Cirque du Soleil), chorégraphe du projet. Une expérience qui la pousse à apprendre toujours plus de ses pairs et lui permet de s’approprier d’autres styles (Krump, breakdance).

 Aujourd’hui, Antoinette continue de danser, d’échanger et d’enseigner sa technique à travers le monde, mais se lance en parallèle un nouveau défi, celui de chorégraphier. Son premier solo, IMAGES, en hommage à Nina Simone remarqué par l’équipe de Breakin’ convention (Théâtre Sadler’s Wells, Londres) est actuellement en tournée (Apollo Theater à New York, Blumenthal Performing Arts Center à Charlotte).

 * Locking ou lock : danse de club appartenant aux funk-styles. Cette danse a été inventée par Don Campbell lorsqu’il était jeune et qu’il essayait de reproduire certains mouvements que ses amis essayaient de lui apprendre.

1

Ce qu’en dit Télérama

Belle idée, mais téméraire aventure que celle de rendre hommage à Nina Simone. C’est le défi qu’entend relever la danseuse et chorégraphe hip-hop Antoinette Gomis. Dans son spectacle IMAGES, elle s’empare d’une chanson écrite en 1966 par le poète Waring Cuney, dans laquelle il évoque un rêve de beauté dansant nue sous des palmiers. Que va devenir sur scène cette vision imaginaire qui chute sur la réalité du bitume ? Antoinette Gomis s’inscrit au cœur de cette chanson paradoxale et de la lutte féministe « pour la reconnaissance de la beauté noire dans la société des années 1960 ». Figure de la scène hip-hop, également experte en langue des signes, Antoinette Gomis, dont le parcours surfe entre la comédie musicale Kirikou, chorégraphiée par Wayne McGregor et les shows de Madonna, plante sa revendication au carrefour d’hier et d’aujourd’hui avec la fougue et la fraîcheur d’une femme qui en veut.

Vidéos

https://www.youtube.com/watch?v=RlvylOGbJfs

https://www.youtube.com/watch?v=oJlWGgBkzeQ