Non classé

Muchismo, une retrospective photographique de Cristina de Middel

On peut voir en ce moment à la galerie de La Filature une exposition  de photos de Cristina de Middel.  Les Amis de La Filature ont eu le privilège de  la primeur de l’exposition. Ils ont pu assister à l’accrochage après  la traditionnelle rencontre de début d’année  du 4 janvier où ils ont apprécié la galette des rois.

Muchismo, titre de l’exposition pourrait être considéré  comme la contraction en anglais de much is more,  ou bien un mélange d’espagnol et d’italien avec mucho  (beaucoup en espagnol) suivi du substantif issimo. Dans tous les cas, cela exprime la quantité,   le surnombre. On dirait en français Plus que plus. Et de fait, cette exposition rassemble 430 photos, ou plutôt devait rassembler 430 photos puisque qu’une vingtaine n’est pas arrivée à bon port et se trouve encore quelque part en transit!

Christian Caujolle, commissaire de l’exposition souhaitait présenter une rétrospective de l’oeuvre de Cristina de Middel qui a émergé comme une artiste incontournable dans le bouillonnement récent de la création artistique en Espagne. Cristina a proposé d’exposer le  travail qu’elle a présenté dans des galeries ou des expositions au cours des 5 dernières années, en réunissant l’intégralité de ses tirages. D’où la profusion des photos,  présentées dans des formats et cadres divers. La réussite en  photojournalisme exige une grande  quantité de tirages et beaucoup de lecteurs, dit Cristina, dans l’art c’est le contraire: on organise la rareté. Une photo d’art n’est tirée qu’en petit nombre d’exemplaires (5 ou 10), et les galeries d’art présentent souvent une unique photo sur un immense mur blanc. Cristina prend ici avec humour le contre-pied de cette mode et conteste le marché de l’art  en  affichant  des murs de photos.

 

L’accrochage: Emmanuelle Walter et Crisitna de Middel expliquent aux Amis de La Filature le concept de l’exposition à 4 mains

Les murs blancs s’apprêtent à recevoir les photos. Sur la table, des feuilles imprimées préfigurent la disposition des photos.

Cristina a commencé sa carrière comme photojournaliste chez Magnum, mais au bout de quelques années, elle éprouve une lassitude et une frustration de voir que le photo reportage est traité de façon standardisée et immuable. Les années passent et les photos qui illustrent les conflits mondiaux sont toujours les  mêmes, dit-elle. Mêmes images, mêmes mots accompagnent les reportages. Les images publiées dans la presse ou sur internet  interrogent aussi sur la véracité des faits. Est-ce une représentation de la vérité ou une manipulation? Aujourd’hui, au moment où les « fake news » envahissent les médias, on peut toujours se demander la part de vérité que contiennent les informations.  De cette frustration naît l’idée de créer son propre récit en images. Il s’agit alors de mettre en scène des histoires vraies ou insolites, qui  peuvent même parfois paraître invraisemblables. C’est ainsi que démarre le projet qui a connu un très grand succès : Les Afronautes. En 1962 en Zambie, un professeur de sciences affirme  pouvoir battre les Soviétiques et les Américains.L’enseignant monte un ambitieux projet intitulé “Afronautes”. On conçoit un camp d’entraînement près de la capitale et sélectionne douze volontaires. Dans le camp, ils entretiennent leur condition physique, s’initient à l’apesanteur avec un système de balançoires. Dix chats sont de l’expérience. Pour concrétiser son projet, le conquérant de l’espace zambien demande 7 millions de livres zambiennes à l’Unesco, l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture. Les fonds n’arriveront jamais. Le programme sera abandonné, puis oublié. Cristina de Middel a reconstitué cette histoire avec des gens ordinaires. Quand on cherche des images sur l’Afrique dans Google, quelles images trouve- t-on? Des Massaïs qui dansent ou des tribus primitives, pas des gens qui vont dans un bureau de poste ou une banque.  Ce projet met en évidence les préjugés dont nous sommes coupables. Il  nous amuse car ce projet spatial est mené en Afrique.  Nous aurait-il amusés si il avait été entrepris en Norvège ou en Finlande? Cristina  n’ira pas en Zambie pour photographier les vestiges de ce projet, mais trouvera au cours de ses voyages africains des modèles qui illustreront son propos.

Elle applique la  même démarche aux autres projets qu’elle réalise: Dans West Side Story, elle recrée dans les rues de  New York des scènes du film culte avec des passants qui acceptent d’être figurants.  C’est une critique de la photo de rue (Street photography) aujourd’hui très populaire.  La photo de rue, dit-elle, est vide de sens. Elle s’applique à fixer un moment décisif, mais elle ne montre rien au- delà du talent du photographe à saisir cet instant.

A l’issue d’un voyage en Chine, elle publie un livre qui dénonce le communisme de façade du régime. Les photos sont accompagnées de textes du petit livre rouge de Mao  qui s’y rapportent, dont elle a couvert de blanc tout ce qui n’est plus an vigueur. Il n’en subsiste que quelques mots épars.

Une autre série est inspirée par un livre décrivant la terreur d’un enfant Yoruba du Nigeria, enfermé dans une forêt sacrée au cours d’une initiation. Il ne peut s’en échapper et y reste  prisonnier 30 ans. Les images révèlent ses cauchemars et ses angoisses. Fantômes et insectes peuplent ses images.

L’inspiration d’une des séries présentées est aussi venue du journal de bord du capitaine d’une expédition qui réunissait des scientifiques chargés d’explorer une île découverte par des baleiniers dans le grand sud, mais jamais explorée. Elle a reconstitué les images de cette expédition avec des amis qui posent pour elle…. en Ecosse!

La dernière série illustre le visage présumé des spameurs indélicats. Vous êtes- vous demandé qui pouvait vous envoyer ce courriel vous promettant 50 millions de dollars ? Cristina a imaginé le portait  de ces personnes.

L’exposition ne cherche pas à reconstituer ces séries, mais à constituer des murs de photos. Les mêmes photos sont présentes plusieurs fois, dans plusieurs formats. Cristina dit: les photos sont comme  les mots d’une phrase, elles prennent du sens en les juxtaposant.

Il reste aux visiteurs à les décrypter.

vernissage de l’exposition

 

 

 

Publicités

Juliette

Ici, pas de téléphone portable, pas d’internet,  ni facebook, ni  tweets. Les collégiens qui assistent au spectacle  « Juliette et  les années 70″ ne trouvent sur le plateau que des objets disparus aujourd’hui  : un électrophone et son disque en vinyle, un projecteur de diapositives. Flore Lefebvre de Noëttes (Juliette) nous fait revivre les années 70 au travers de sa biographie, à la Comédie de l’ Est de Colmar. Ce spectacle était offert par les Amis de la Filature.

Résultat de recherche d'images pour "juliette et les années 70"

Pour les jeunes spectateurs, la description du lycée de Juliette des années 70   a de quoi étonner. Blouses obligatoires, cours d’instruction sexuelle, travaux manuels de couture pour les filles et de bricolage pour les garçons, autant de pratiques révolues qui paraissent anti-déluviennes, mais qui réveillent bien des souvenirs pour les plus âgés qui ont vécu cette période.  Les portrait satyriques des professeurs renvoient aussi a des images mémorables pour les plus jeunes comme les plus vieux.

Juliette nous plonge  dans son passé. Elle nous fait revivre son  adolescence dans un environnement familial difficile, un père qu’elle considère comme « fou » (en fait souffrant de troubles bipolaires) et une mère baba cool. Le « pater »,  souvent hospitalisé ou en congés de maladie, oscillant entre dépression et euphorie, limite l’éducation des ses enfants à des actes répressifs, tandis que la mère (la Mate, abbréviaton de Mater) essaye de faire bouillir la marmite en tenant, sans succès, une boutique d’objets exotiques.   Juliette nous convie aussi à partager le drame familial et ses tensions. Mais elle revit aussi avec bonheur ses vacances sur l’atlantique, ses premières amours dans les dunes, l’ivresse de plonger dans le vagues qui déferlent en grondant.  Elle préfère quitter sa famille pour une école de théâtre qui lui permet de  trouver  un exutoire nécessaire pour supporter les tensions parentales. Elle trouvera des maîtres illustres comme Mesguich et Vitez qui marqueront sa formation d’actrice avant qu’elle ne  prenne son envol.

Le spectacle est rythmé par les musiques qu’on a tous gardé en mémoire: Rolling stones, Pink Floyd, Deep purple, Janis Joplin…. musiques d’une grande puissance évocatrice pour ceux qui ont vécu leur adolescence dans les années 70.

 

Résultat de recherche d'images pour "juliette et les années 70"

 

Le spectacle   traduit une nostalgie douce-amère, une tendresse sarcastique pour des parents qui n’ont pas joué leur rôle, présentés sans méchanceté  sous leurs travers, avec humour et dérision, à la manière des caricatures de  Daumier, nous dit l’actrice. C’est le portrait d’une génération post soixante-huitarde, somme toute banale hormis les troubles psychiatriques du père.

A l’ issue de la représentation, nous avons pu discuter avec l’actrice. Elle nous apprend qu’après la mort de  sa mère, elle s’est mise à écrire pour en faire un beau portrait dans un premier spectacle intitulé  » la mate , l’enfance ».

Flore Lefebvre de Noëttes a attendu de nombreuses années pour pouvoir écrire le récit d’une jeunesse souvent douloureuse. Il fallait passer par une psychanalyse pour trouver la sérénité et le recul nécessaire. Mais elle affirme   «  le théâtre lui a permis de se  récréer.  Quand on joue,  on récrée des scènes réelles, on revit des affects importants qu’on transmet, peut-être en partie,  aux spectateurs. C’est une belle école de vie », dit-elle.

Résultat de recherche d'images pour "juliette et les années 70"

 

 

 

Danse : saison 2017/2018

Vous hésitez sur les spectacles à voir ? Vous cherchez des informations?

Cliquez sur les titres des spectacles pour trouver  : critiques, vidéos, articles de presse, entretiens avec le chorégraphe,  …

 

 

Tutu

Celles qui me traversent

Animaux de béance

Sunny

Nouvelles pièces courtes

Métamorphose

Kalakuta Republik

Images

El Baile

Oscyl

Monkey Mind

Tordre

Crowd

 

Partagez vos impressions sur les spectacles en écrivant un commentaire!

 

 

 

Théâtre: saison 2017-2018

Vous hésitez sur les spectacles à voir ? Vous cherchez des informations?

Cliquez sur les titres des spectacles pour trouver  : critiques, vidéos, articles de presse, entretiens avec le chorégraphe,  …

(Spectacles classés par ordre alphabétique)

2147, et si l’Afrique disparaissait?

A Vif

Europe Connexion

Emma mort, même pas peur

Fight night

Grensgeval/Borderline 

Je suis un pays (comédie tragique et burlesque de notre jeunesse passée)

Je n’ai pas encore commencé à vivre

Je parle à un ami qui ne tient pas en place

L’abattage rituel

L’amour et les forêts

La divine comédie

La Vase

Neige

Nichlass (pièce sans personne)

Une hache pour briser la mer gelée en nous

Werther

X-Adra

Zig Zig

 

Partagez vos impressions sur les spectacles en écrivant un commentaire!

 

Tout savoir sur la saison théâtrale et de danse 2016/2017

La Filature va bientôt ouvrir ses portes pour de nouveaux spectacles. Vous avez peut-être pris un abonnement ou vous hésitez encore sur les spectacles que vous souhaitez voir.

Pour  en savoir plus sur le metteur en scène, le chorégraphe, pour découvrir les critiques  parues dans différentes revues ou sur le net, pour voir des vidéos d’extraits, pour entendre les artistes s’exprimer sur leur travail, nous vous proposons, pour chaque spectacle, une page  fournissant toutes ces informations. Il suffit de  cliquer sur  Saison théâtrale 2016/2017 ou Saison de danse 2016/2017.

Un lien permanent sera présent sur le menu du blog. Vous pourrez ainsi consulter à tout moment  les pages consacrées aux spectacles à venir.

Cmenu

 

Vous avez apprécié la performance ? Le spectacle vous a dérangé, voire déplu ? Vous aimez tout simplement partager vos impressions ? Alors n’hésitez pas à ajouter vos réactions et commentaires, ils sont bienvenus.

A bientôt sur le blog et bonne saison !

 

Suzanne Klein et Jean Steffan