Dérive, exposition photo de Yussuf Sevinçli

JST_1410_108

 

Yussuf Sevinçli nous emmène dans son univers sombre avec des photos en noir et blanc, très contrastées, au grain épais. Il ne montre pas la misère ou la souffrance, mais il évolue dans la pénombre, à la limite du jour et de la nuit, dans une atmosphère nébuleuse. Il aime à saisir les ambiances nocturnes, les personnages solitaires, vus de dos, juste éclairés par une lumière blafarde, qui semblent se perdre dans l’obscurité. Il vagabonde dans les villes, sans but précis, sans repère de lieux, aussi ne donne-t-il aucun titre à ses photos, aucune indication qui permettrait de les localiser.  A Istanbul ou Marseille, cette rue aux immeubles lépreux, faiblement éclairée ? Est-ce New York, cette ville vue de nuit, aux gratte-ciel illuminés, photo dans la photo ?  Avec ironie, elle avoisine une autre photo de nuit du « Palais du Rire »! Et Paris apparaît comme une toile de théâtre pour  ombre chinoise.

Yussuf  capte aussi des scènes étranges et énigmatiques qui nous interrogent : que font ces enfants masqués courant dans les décombres d’une maison ? Qui est cette petite fille au regard apeuré, apparaissant dans un halo de lumière ? Et ce garçonnet  flou, au visage maquillé ? A quoi pensent ces adolescents perchés au sommet d’une colline, contemplant les immeubles d’une cité populaire et sans charme d’une ville inconnue ?

Le graphisme n’est pas absent des photos qui soulignent des motifs récurrents, comme le vol des pigeons, qui font écho à l’éclatement de l’écume de la mer ou au pointillisme d’un autoportait, la glace brisée et le bas déchiré.

A côté d’une photo d’un navire échoué, il propose un visage couché, métaphore d’une vision pessimiste et résignée. Il semble s’être aussi échoué sur le rivage, témoignant d’un monde  inquiétant et sans joie . Echoué ou à la dérive ?

JST_1408_106

 

Au cours du  Club Sandwich, Emmanuelle Walter a pu présenter le parcours photographique de Yusuf Sevinçli et commenter quelques-unes des ses photos. C’est une excellente occasion de mieux connaitre l’auteur et de pénétrer son oeuvre.

 

JST_1407_105

Emmanuelle Walter au Club Sandwich présente l’artiste et son travail photographique

 

Voir aussi l’ excellent article de « La dilettante »

Publicités

Un commentaire

  1. Une exposition saisissante, en effet ! Je ne sais pas si c’est voulu, mais comme le verre qui protège les photos n’est pas anti-reflets, on se voit dans chacune des images, comme si on était forcé de pénétrer la réalité que l’artiste nous présente, comme si on était contraint de se considérer à l’intérieur de cette vision.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s